Résolution de crises bancaires : trouver la bonne équation

Créé le

17.10.2012

-

Mis à jour le

25.10.2012

Face à une banque en difficulté, l’État apporte généralement son soutien, générant un aléa moral préjudiciable et un endettement public excessif. Mais une liquidation pure et simple peut se révéler tout aussi désastreuse. Pour tenter de résoudre ce dilemme, la Commission européenne a proposé en juin un cadre de résolution des crises bancaires. Mais nombre d’inconnues demeurent.

Lorsque, le 15 septembre 2008, Lehman Brothers se place sous la protection du Chapitre ​11 de la loi américaine sur les faillites, c’est un engrenage infernal qui s’enclenche, entraînant dans la tourmente institutions financières et États. Quatre ans plus tard, le constat est unanime : une banque, a fortiori si elle est « systémique », ne peut faire faillite comme les autres entreprises. Elle repose sur la confiance de ses créanciers, les déposants en particulier, et les situations de crise s’y ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº753