Le point de vue du banquier

« Ne pas faire du RRP un manuel d’OPA hostile »

Fin 2011, le FSB a imposé aux banques systémiques internationales de travailler à la rédaction de Recovery and Resolution Plans (RRP). Ces « testaments bancaires » visent à décrire ce qu’une banque pourrait faire en cas de crise très grave, voire fatale. Les équipes de BNP Paribas ont accouché d’un document de 1 800 pages hautement sensible.

faillite banque

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°753

Résolution des crises bancaires : trouver la bonne équation

Le FSB [1] a demandé aux banques systémiques internationales de rédiger des Recovery and Resolution Plans (RRP). En quoi consistent-ils ?Il faut différencier la partie « recovery » de la partie « resolution ». Dans la première, la banque explique ce qu’elle ferait pour se sortir d’une situation extrêmement difficile, laquelle pourrait, si elle perdurait, menacer sa survie. Cela sous-entend qu’elle a encore les moyens de se redresser. Lorsqu’elle en vient à la « ​résolution ​», cela signifie que la banque a franchi le Rubicon : à défaut de parler de liquidation, on peut dire qu’il s’agit ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Résolution de crises bancaires : trouver la bonne équation

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet