Réflexion sur la politique monétaire : un point de vue européen (2/2)

Les inconvénients d’une politique monétaire trop accommodante pendant trop longtemps

Créé le

29.06.2016

-

Mis à jour le

01.09.2016

La politique monétaire européenne doit assurer la stabilité monétaire ainsi que celle du système financier, afin d’encourager une croissance économique soutenable à long terme. La politique monétaire dite « accommodante » mise en œuvre depuis 2015 et qui semble devoir perdurer encore en 2016, atteint-elle ces buts ? C’est la question à laquelle répond Jacques de Larosière au travers de cette analyse dont les deux premières parties  (I. L’objectif de stabilité des prix ; II. Les tendances inflationnistes en Europe et le bien- fondé d’une politique monétaire extrêmement accommodante) ont été publiées dans la Revue Banque n° 798 daté de juillet-août. Ce numéro présente la partie III (les inconvénients d’une politique monétaire trop accommodante pendant trop longtemps) ainsi que la conclusion.

Image

Trois problèmes majeurs peuvent résulter de la poursuite du Quantitative Easing (QE) et s’aggraver.

Le partage épargne-consommation

Les taux – très proches de zéro – que rapportent les instruments sans risques devraient, en principe, dissuader les agents économiques d’épargner et les inciter à la consommation, ce qui serait un élément de soutien de la croissance. Mais, contrairement aux espoirs de certains, la « répression financière » ne se traduit pas nécessairement ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº799