Square
 

« Paris est le centre de gravité
pour tous les instruments financiers traités en euros »

Créé le

06.11.2023

-

Mis à jour le

21.11.2023

Première banque américaine présente à Paris en termes d’effectifs, J.P. Morgan a fait de la France son trading hub pour l’Europe. Kyril Courboin, président de J.P. Morgan France, nous livre les raisons de ce choix après le Brexit.

Pourquoi avez-vous choisi d’établir votre siège européen à Paris en 2021 ?

Ce choix est vraiment le fruit d’une analyse très objective et en profondeur conduite en amont du Brexit. Dès 2015, un groupe de travail d’une quarantaine de personnes a été mis en place, sous la responsabilité de Daniel Pinto, actuel President and Chief Operating Officer de J.P. Morgan Chase, qui était à l’époque le responsable de toutes les activités de marché de la banque de financement et d’investissement. Sept pays potentiels ont été passés au crible sur la base de 90 critères et, lors de cette première analyse, ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº886bis
Les firmes de Wall Street en Europe
Si Paris arrive en tête des emplois financiers relocalisés depuis 2016, avec 2 800 emplois contre 1 800 pour Francfort et 1 200 pour Dublin, la compétition post-Brexit reste rude. D’après EY, 15 banques d’investissement ont choisi Paris et 19 Francfort. Goldman Sachs y a établi Goldman Sachs Bank Europe SE dès 2017 et vient d’ouvrir un bureau à Munich. Morgan Stanley prévoit de faire de même. Pour la gestion de fortune et d’actifs, les places privilégiées restent Dublin et le Luxembourg, où Bank of America a ouvert une agence en mai.Goldman Sachs a aussi transféré une partie de ses traders de swaps euro de Londres à Milan, qui bénéficie d’un régime d’impatriation très avantageux.D’après Choose Paris Region, la capitale aurait attiré 5 500 emplois dans la finance, dont 3 493 en BFI, 768 en gestion d’actifs, 381 en fintech, 266 en trading et 217 dans l’assurance.