Congrès

Solvabilité 2

La nouvelle calibration du risque obligataire n’apporte pas les effets escomptés

Créé le

03.01.2014

-

Mis à jour le

15.01.2014

Essentielle dans la détermination des fonds propres d'un assureur, la calibration du risque obligataire fut l'une des causes du décalage de l'entrée en vigueur de Solvabilité 2. En effet, le dernier test (QIS 5) montrait que la calibration envisagée pouvait remettre en cause le financement des États et des entreprises. L'EIOPA, le superviseur européen de l'assurance, a proposé une nouvelle calibration mais, selon une étude menée par l'Edhec, si les changements proposés étaient appliqués, ils n'auraient dans la pratique aucun effet.

De mars 2012 à novembre 2013, des débats très controversés ont eu lieu entre le Parlement européen, le Conseil européen et la Commission européenne (le fameux trilogue) à propos de l’approbation de la directive Omnibus 2, qui a pour objectif d’amender la directive de Solvabilité 2 et de définir des dispositions transitoires pour la mise en application de ces règles prudentielles. Les amendements concernent notamment l’introduction de mécanismes de gestion actif-passif, qui jusqu'à ...

À retrouver dans la revue
Banque et Stratégie Nº321
RB