Le crowdfunding : un très petit marché

Créé le

16.12.2019

Selon le baromètre du crowdfunding de KPMG, les fonds du financement participatif collectés en 2018 représentaient 402 millions d’euros en France. Un montant qui n’a certes cessé d’augmenter, mais qui, en quelques mois, a donné de sérieux signes d’essoufflement. En octobre 2018, ce fut la fermeture de la plateforme spécialisée dans les prêts Unilend ; puis, en mars 2019, c'est Lendopolis qui a mis fin à son activité de prêt participatif aux PME. « Le relatif flottement du crowdfunding vient du fait que, bien souvent, il y a une forme d’anti-sélection : les entreprises qui n’arrivent pas à se financer auprès des banques vont chercher auprès du crowdfunding une solution, analyse Thierry Giami, président-fondateur de NOVE im.
Le crowdfunding est un marché récent, vraiment tout petit. La viralité du net n’a pas fonctionné, il demeure confidentiel. En plus, il s’adresse à de très petites entreprises, avec des profils de risques élevés. » G.D.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº839