Congrès

Bâle III, Bâle IV, burden sharing, BRRD…

La régulation à l’épreuve du Covid

Créé le

22.06.2020

-

Mis à jour le

26.05.2021

Le choc lié à la crise sanitaire a confirmé le bien-fondé de la régulation bancaire mise en place en Europe dans le sillage de la crise financière de 2008. Toutefois, pour aider les banques à absorber le choc actuel tout en continuant de financer l’économie, le régulateur donne du mou, du moins pour le moment. Quels seront les arguments en présence lorsqu’il remettra sur l’établi la transposition de la finalisation de Bâle III (surnommée Bâle IV) ?

Les efforts demandés aux banques européennes par le régulateur après la crise financière de 2008 ont payé : leurs solides fonds propres (renforcés sous l’effet de Bâle III) vont les aider à surmonter la crise liée au Covid-19, tout comme leur bonne situation en matière de liquidité. Toutefois, si les banques résistent bien pour le moment et ont de bonnes chances de faire face jusqu’à la fin de la crise [1] , c’est aussi grâce à l’intervention très rapide ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº846
RB