La voix européenne du secteur bancaire

« Bâle IV risque d’avoir un effet procyclique »

Selon la Fédération bancaire européenne (FBE), les banques doivent, dans l’intérêt de l’économie, obtenir que Bâle IV ne limite pas leur capacité à prêter. Les mesures prises par les autorités européennes au début de la crise sanitaire viendraient conforter le discours des banques.

Le financement de l’économie passe, en Europe, essentiellement par les banques

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°846

La régulation à l’épreuve du COVID-19

La crise sanitaire va-t-elle modifier les demandes des banques concernant la transposition de Bâle IV dans l’Union européenne (UE) ?En raison de la crise sanitaire, le Comité de Bâle a repoussé l’application de Bâle IV d’un an : les banques devront progressivement se conformer aux nouvelles règles à partir de 2023 et jusqu’au 1er janvier 2028 (et non plus entre 2022 et 2027). La Commission européenne devrait présenter sa proposition à la fin de l’année 2020. Plus que jamais, les banques européennes sont déterminées à appliquer ces normes internationales tout en obtenant que la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

La régulation à l’épreuve du Covid

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet