Contrepoint

« La Commission recrée l’aléa moral »

Pour Finance Watch, la dispense annoncée par la Commission européenne de burden sharing en cas de recapitalisation de précaution liée au Covid-19 recrée la situation d’aléa moral qui régnait avant la crise financière de 2008 et qui, depuis lors, était combattue. Toutefois, l’association estime que ce revirement est rendu moins inacceptable par l'absence de responsabilité des banques dans la crise actuelle.

Après avoir lutté pendant 10 ans contre l’aléa moral, la Commission européenne change de cap.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°846

La régulation à l’épreuve du COVID-19

Que pensez-vous de l’approche très flexible adoptée par les autorités européennes vis-à-vis de la réglementation, depuis le début de la crise sanitaire, pour aider les banques à surmonter le choc ?La crise sanitaire entraîne une crise économique qui a un impact sur le cycle financier. Cela justifie d’adopter une utilisation contracyclique des exigences prudentielles. C’est ce qu’ont fait, de façon fort pertinente, les superviseurs. Nous veillerons toutefois à ce qui va être fait sur le long terme. Par exemple, il est justifié de décaler d’un an la mise en œuvre de la finalisation de Bâle ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

La régulation à l’épreuve du Covid

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet