Point de vue bancaire

« Les banques ne se censurent pas en matière d’octroi de crédit »

Alors que le superviseur européen cherche à comprendre les réticences des banques à utiliser pleinement les marges de manœuvre réglementaires, le banquier Michel Bilger souligne que les établissements doivent rassurer les marchés, les agences de notation et les investisseurs. Il pointe par ailleurs les difficultés que posent aux banques le ratio de levier et le ratio MREL.

Les banques doivent rassurer les marchés sans se censurer en matière d’octroi de crédit.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°846

La régulation à l’épreuve du COVID-19

Leurs solides fonds propres vont aider les banques européennes à absorber le choc de la crise liée au coronavirus. Cette solidité est-elle bien due aux normes prudentielles adoptées dans le sillage de la crise de 2007-2008 ?Les mesures adoptées dans le sillage de la crise de 2007-2008, appelées Bâle III, sont en vigueur depuis début 2014. Les banques ont renforcé leurs positions de fonds propres en raison non seulement des exigences réglementaires de Bâle III mais aussi des processus SREP [1] et des coussins de fonds propres macroprudentiels [2] européens. En parallèle, elles ont revu ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

La régulation à l’épreuve du Covid

Articles du(des) même(s) auteur(s)