Agences de notation : en finir avec l'oligopole

Créé le

24.05.2012

-

Mis à jour le

30.05.2012

Bien que critiquées, les agences de notation font partie intégrante des marchés financiers : « Leur existence est inévitable, mais il faut réduire notre dépendance », déclarait Steven Maijoor, directeur général de l’ESMA en janvier dernier. Les chantiers de la réforme sont en cours, ils visent en particulier à « casser » la structure oligopolistique du marché : en effet, les trois principales agences réalisent 95% du chiffre d’affaires mondial du secteur.

« Qu'on les apprécie ou non, les agences de notation font partie des marchés financiers. Il n'y a pas de solution à court terme. Leur existence est inévitable, mais il faut réduire notre dépendance. En outre, les agences doivent être responsables du service qu'elles rendent. »

Steven Maijoor (ESMA), table ronde « Régulation financière pour restaurer l’utilité sociale des marchés », Sénat, 18 janvier 2012.

L’intoxication aux agences de notation, voilà le mal dont politiques et régulateurs ont décidé de guérir la finance mondiale. Absence de régulation, méthodologies parfois approximatives, influence excessive des notes sur les comportements des investisseurs, conflits d’intérêt liés à la gouvernance et au mode de rémunération, absence de concurrence suffisante sur le marché : depuis le déclenchement de la crise des subprime, tous leurs péchés ont été ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº749