Le réalisme de Watch Dogs

Créé le

25.06.2014

-

Mis à jour le

30.06.2014

Ubisoft a obtenu la caution de Kasperky Lab, éditeur russe spécialiste de la sécurité, pour valider l’aspect piratage informatique du jeu en question. Celui-ci confirme que tous les piratages montrés dans le jeu pourraient exister dans le monde réel, dans le cadre d’une smart city, à l’exception notable qu’ils ne sont pas aussi simples à mettre en œuvre que dans le jeu et qu’un homme seul n’y arriverait pas. L’exemple des piratages des systèmes municipaux est directement inspiré de Stuxnet, un virus codéveloppé par les armées américaines et israéliennes pour s’attaquer aux centrales iraniennes et qui s’est répandu au-delà de sa cible. Pour la partie financière, certains DAB ont déjà été piratés à l’aide de commandes envoyées par SMS, et il est facile de récupérer des informations en installant des malwares dans un téléphone ou en écoutant des communications non protégées. En revanche, ce n’est pas avec ce jeu que les utilisateurs apprendront comment faire. Tout au plus, cela suscitera-t-il quelques vocations, mais la route est longue de la console de jeu au premier piratage.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº774