ENASS Papers 7

Introduction

ENASS Papers 7

Editorial d'Alexis Collomb,professeur de finance de marché au Cnam et membre du comité exécutif du Labex Réfi

Collomb

Ce nouveau numéro des Enass Papers montre encore une fois l’intérêt et la diversité des sujets du secteur de l’assurance, tant pour les praticiens que pour les chercheurs. Et comme directeur de l’Enass, je suis particulièrement heureux de la qualité et de la variété des contributions à cette septième édition.

 

Tout d’abord, Denis Kessler et Patrick Thourot évoquent une question importante de l’actualité de cette année, qui est de savoir si la réassurance présente ou non un caractère systémique. En effet, le Financial Stability Board (FSB) devrait décider courant juillet du statut des réassureurs comme Global Systematically Important Insurers (GSII) et, le cas échéant, pour les institutions ainsi désignées, des mesures prudentielles supplémentaires qui pourraient leur être imposées. Mais comme le montrent nos auteurs, le caractère systémique de la réassurance est loin d’être évident et aucun (ré)assureur n’a jamais causé de crise systémique. On peut se demander d’ailleurs si le secteur ne risque pas de souffrir injustement d’un amalgame qu’on pourrait qualifier de « syndrome AIG ». En effet, si l’assureur AIG avait certes dû bénéficier d’un bail-out fin 2008, c’était à cause de la gestion irresponsable de sa filiale AIG Financial Products (tiens, des produits financiers…) dont l’activité principalement en faute – une fringale irresponsable d’écriture de Credit Default Swaps – n’avait absolument rien à voir avec la réassurance… En tout cas, les arguments avancés par ces deux grandes signatures du secteur sont très convaincants et il faut les lire !

 

Ce numéro reproduit également la leçon inaugurale MBA Cnam de Gilles Bénéplanc, donnée en janvier à la FFSA, et qui constitue un résumé haut en couleur de ce praticien aguerri et professeur associé de l’Enass. Dans un style direct et sans ambages, et en s’appuyant sur sa solide formation d’ingénieur et d’économiste, l’auteur résume non seulement les principes essentiels tirés de sa longue expérience de l’industrie, mais fournit aussi quelques pistes de recherche continue pour les professionnels des risques, comme la détermination des prix. Il évoque également de nouveaux territoires à défricher, comme celui de la dépendance pour laquelle la coopération public/privé semble indispensable.

 

Et sur les problèmes de dépendance justement, deux articles sur les « maladies redoutées » de Julie Barbareau et Anne de Guigné donnent les perspectives d’un marché encore embryonnaire en France, mais où le secteur privé a d’autant plus un rôle à jouer que les finances publiques sont en mauvaise passe. Anne de Guigné en particulier évoque les difficultés du financement public de l’Aide à l’Autonomie et l’opportunité de contrats d’assurance privés contre des « maladies redoutées » comme Alzheimer.

 

Enfin, ce numéro comprend des articles très divers qui témoignent du dynamisme de la recherche à l'Enass : Isabelle Jacquot souligne les enjeux des ressources humaines pour les assureurs ; Pierre-Emmanuel Chalvin récapitule les tenants et les aboutissants de la Société européenne (SE), forme juridique déjà adoptée par de nombreux assureurs européens ; Guillaume Rideau propose aux institutions financières une méthodologie de mesure de leur « participation assurance » ; Carole Simonnet montre comment certains résultats de finance comportementale peuvent être appliqués aux consommateurs de produits assurantiels, et les opportunités et risques que cela comporte pour leur protection ; Emmanuel Kestenare analyse les impacts, positifs le plus souvent mais aussi parfois négatifs, du devoir de conseil qui incombe à l’assureur dans la relation avec le client ; Nicolas Dufour et Florian Fizaine résument les tendances économiques en matière de services funéraires et le positionnement des assureurs face à cette demande.

 

Vous l’aurez compris, ce numéro traite de sujets tous aussi différents qu’intéressants et je tiens à remercier Patrick Thourot et Pierre-Charles Pradier pour leur travail toujours créatif de coordination et d’animation de ces Enass Papers. Ils soulignent à tous nos lecteurs la vivacité des perspectives de recherche dans le secteur (ré)assurantiel, et à tous nos étudiants combien – comme le rappelait Gilles Bénéplanc – ils ont raison de continuer à se former et à affûter la lame de leurs esprits s’ils veulent un jour pouvoir prétendre suivre les pas de nos contributeurs les plus illustres.

 

Il est clair que notre secteur a un rôle essentiel à jouer face aux grands défis sociétaux du siècle, comme par exemple la dépendance. Et si, comme le soufflait l’un de nos auteurs, l’« assurance est un sport de contact », gageons que cette édition constituera un déclic pour des travaux de recherche novateurs et des étincelles d’innovations salvatrices… Il y a encore un large éventail d’opportunités à saisir !

Sommaire

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité
Tarif : 15.00 euros TTC
Banque & Stratégie