Cet article appartient au dossier : ENASS Papers 7.

Analyse d'un secteur d'avenir

La mort : un marché bien vivant

La mort est un événement à caractère hautement émotionnel, à la fois profondément intime et évidemment social. Si les sociologues, ethnologues ou anthropologues s’y intéressent depuis longtemps, elle n’a fait l’objet que de peu d’études sur les plans économique et managérial (Gabel et al., 1996 ; Canning et al., Szmigin, 2010), alors qu'un véritable « marché de la mort » regroupe l’ensemble des services funéraires pouvant faire l’objet d’une activité économique désormais marchande. Appréhender la demande pour ces services funéraires, en particulier lorsque l’assurance permet de l’anticiper, apparaît nécessaire au regard des opportunités à venir dans ce secteur atypique.

1. É volution du nombre de décès français en absolu et en relatif

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°325

Enass papers 7

En s’inscrivant dans la thématique du développement durable telle qu’elle est définie par le rapport Brundtland de 1987, soit répondre aux besoins de la génération présente sans compromettre la possibilité des générations futures à répondre aux leurs, il faut admettre que l’idée de couvrir les frais inhérents à l’organisation de son décès cadre avec le principe d’équité intergénérationnelle. Cette idée est d’autant plus importante que l’article 806 du Code civil impose aux descendants le paiement des frais d’obsèques qu’ils aient accepté ou non la succession. Ces frais d’obsèques dépassent ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

ENASS Papers 7

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet