Les banques européennes, nouveaux architectes de
la transition énergétique

Créé le

18.07.2022

-

Mis à jour le

02.09.2022

La science a confirmé que l’objectif de 1,5 °C de l’Accord
de Paris est de moins en moins atteignable1. Le cycle
des affaires est désynchronisé du temps géologique,
par conséquent, la nécessité d’investir pour concilier croissance et climat augmente. Nous sommes convaincus que les banques sont un des leviers les plus puissants
en Europe pour contribuer à cet objectif, car environ 70 % de l’économie est financé par des emprunts bancaires.
Les investisseurs sont donc fortement incités à agir auprès des banques dans leurs portefeuilles.

Image

Au début de cette année, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a annoncé que pour atteindre l’objectif de 1,5 °C, les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) devraient atteindre un pic au plus tard avant 2025. Or, la réalité est bien loin de cela. Les GES continuent d’augmenter, bien que le taux de croissance ait ralenti, et les engagements et objectifs des pays ne permettent toujours pas d’atteindre cet objectif.

Une augmentation de la température exacerbera les événements climatiques et aura un impact sur la biodiversité. Ces phénomènes entraîneront ...

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº870