application

Une fin d’année empreinte d’incertitude

Créé le

24.11.2022

-

Mis à jour le

01.12.2022

Politique monétaire, taux, inflation, jusqu’où irons-nous ? Revue Banque pose les termes du débat actuel dans son supplément de ce mois de décembre. Des personnalités (Christian de Boissieu, Philippe Chalmin et Serge Darolles, Isabelle Job-Bazille, Olivier Klein, Jacques de Larosière...), des associations françaises (l’Amafi, France Assureurs, l’Af2i), des professionnels en gestion d’actifs ou agence de notation, d’autres universitaires, de même que Laura Bardone, de la direction générale des affaires économiques et financières de la Commission européenne, vous proposent leurs analyses.

Ce numéro de Revue Banque s’ouvre avec un entretien croisé exceptionnel entre deux anciens membres du Conseil des conseillers économiques américain (Council of Economic Advisers, CEA) : Steve Hanke, professeur d’économie appliquée, expert de l’hyperinflation, et Betsey Stevenson, professeure d’économie et de politique publique, spécialiste du marché du travail. L’un a siégé au CEA sous la présidence de Ronald Reagan, l’autre y a été nommée par le président Barack Obama. Le CEA est composé de trois économistes notables : un président et deux autres membres, chacun nommé par le président américain et approuvé par le Sénat. Son objectif : conseiller et formuler la politique économique de la Maison Blanche. S’il n’est pas chargé de déterminer la politique monétaire, le CEA compte parmi ses anciens présidents Alan Greenspan, Ben Bernanke ou la secrétaire au Trésor de l’administration Biden, Janet Yellen. Must read.

Levée de boucliers

Cette hauteur de vue n’exclut pas un traitement concret de l’actualité. Les entreprises souffrent, les ménages aussi (pages Perspectives). En cette fin d’année 2022, la défense du pouvoir d’achat entraîne une levée de boucliers – fiscaux, énergétiques, tarifaires... Un bouclier « anti-inflation » qui implique clairement le secteur financier. Accès à des produits et services utiles et abordables, au cash, aux moyens de paiement, à l’épargne et au crédit : les banques sont en première ligne (lire le dossier).

Elles le sont aussi comme chevilles ouvrières du financement et de l’investissement. Et, à ce titre, de la transition énergétique (« 3 questions à Jean Boissinot » et le Billet), avec parfois des contraintes réglementaires à clarifier (Expertise et Métiers).

Les groupes français, dont les résultats 2022 (pages Économie) seront marqués par ce contexte, doivent répondre à cet enjeu majeur tout en consacrant leur énergie à une autre transition. Il s’agit de la transition numérique, où ils se trouvent confrontés à des modèles d’affaire différents, dont la dimension concurrentielle est à surveiller (Innovations et Technologies). Nous nous y emploierons dans notre numéro de janvier 2023.

Revue Banque vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº874