Congrès
 

Pacte de stabilité et de croissance

La suspension des règles budgétaires est à double-tranchant pour la France

Créé le

19.07.2022

Compte tenu du contexte économique actuel sur fond d’invasion de l’Ukraine, la Commission européenne a annoncé fin mai le maintien en 2023 de la clause dérogatoire générale du pacte de stabilité et de croissance. Activée en mars 2020 en pleine pandémie, la clause a permis aux États membres d’amortir les effets
de la pandémie en adoptant des mesures d’urgence de politique budgétaire tout en dérogeant aux règles budgétaires de déficits publics inférieurs à 3 % du PIB et de dette publique inférieure à 60 % du PIB. Ayant identifié plusieurs États membres affichant un déficit public de plus de 3 % du PIB en 2021, parmi lesquels figure la France, Bruxelles s’inquiète des déséquilibres macroéconomiques excessifs de l’Hexagone, en particulier sa dette publique élevée, sa faible dynamique de compétitivité dans un contexte de faible croissance de la productivité, et pointe des risques accrus à moyen terme sur la soutenabilité de sa dette.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº870
RB