Epargne solidaire

Vers un LDD et un Livret A de partage ?

Créé le

24.05.2016

-

Mis à jour le

31.05.2016

Le Livret de développement durable (LDD) de même que le Livret A pourraient être dotés d’une option solidaire de partage au 1er janvier 2017, si la mesure est votée dans la loi dite Sapin 2 actuellement examinée à l’Assemblée nationale et qui pourrait être adoptée avant la trêve estivale de juillet. Le projet de loi introduit une option de partage que toutes les banques devront proposer aux détenteurs de LDD, qui pourront choisir d’affecter une partie de leurs intérêts au financement d’une structure de l’Économie sociale et solidaire (ESS). Un décret précisera les modalités de cette option de partage. « Si nous voulons un changement d’échelle, il faut que l’option solidaire porte sur tous les livrets réglementés », estime Sophie des Mazery, directrice de Finansol, qui milite depuis des années pour un livret solidaire grand public, et demande aujourd’hui que cette option concerne aussi le Livret A (255 milliards d’euros d’encours fin avril 2016, contre 101 milliards pour le LDD). Côté banques, le projet de loi suscite des réactions « mesurées », la difficulté étant notamment d’identifier des entreprises de l’ESS destinataires de ces dons.

« Le défi reste que 1 % du patrimoine financier des ménages soit affecté à l’épargne solidaire » contre 0,19 % fin 2015, rappelle Sophie des Mazery. Pour atteindre cet objectif, « il est nécessaire que chaque produit d’épargne ait une déclinaison solidaire, notamment les plus faciles d’accès » et en particulier les deux produits préférés des Français, le livret réglementé et l’assurance vie. Finansol vise à terme qu’un contrat d’assurance vie solidaire soit proposé par chaque compagnie.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº797