Les biens d’information et les cryptomonnaies

Le problème de la reproduction à coût nul

Créé le

21.02.2019

-

Mis à jour le

27.02.2019

Les biens d’information, aussi appelés biens informationnels, sont des biens numérisés au sens où ils se ramènent à un codage numérique sous forme de 0 et de 1. Ainsi, l’enregistrement du dernier album d’un groupe de musique ou la réalisation d’un film ou d’un documentaire sont autant d’exemples de biens d’information. Par rapport aux autres biens usuels tels qu’une voiture, un meuble, un vêtement, un sac à main, etc. les biens d’information ont une caractéristique singulière : ils ont des coûts de production fixes très élevés, liés essentiellement aux coûts de recherche et de développement, mais ont en revanche un coût de reproduction négligeable. Une fois un film ou un album de musique terminé, sa reproduction (copie) est instantanée et se fait à l’aide d’un simple « copier-coller » sur un ordinateur. Un bien d’information est donc particulièrement exposé à la contrefaçon (ou au piratage) du fait de sa possible reproduction à coût nul [1] .

 

1 Sur ce sujet, voir par exemple le chapitre 5 du livre d'Éric Malin et Thierry Pénard, Economie du numérique et de l’internet, Vuibert, 2010, et en particulier les stratégies de vente adaptées à ces biens.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº830
Notes :
1 Sur ce sujet, voir par exemple le chapitre 5 du livre d'Éric Malin et Thierry Pénard, Economie du numérique et de l’internet, Vuibert, 2010, et en particulier les stratégies de vente adaptées à ces biens.