Méthode

Le Panorama d’I4CE recoupe des informations publiquement disponibles sur les investissements et leur financement

Créé le

14.11.2019

Recensement des investissements

Le Panorama des financements climat recense les dépenses d’investissement en faveur du climat en France et analyse la manière dont ces dépenses sont financées. L’étude dresse la carte des flux de financement en faveur du climat, de leur source jusqu’à leur secteur et domaine de destination.

Le financement des investissements est reconstitué à partir de listes publiques de transactions financières (p. ex., émissions d’obligations vertes) ou d’enquête auprès des investisseurs sur le recours à l’emprunt ou aux subventions (p. ex., part des ménages empruntant pour financer une rénovation et montant moyen des prêts ainsi obtenus). Cette méthode permet de pallier l’absence de comptabilité transparente et harmonisée sur la transition énergétique au sein des principales banques, mais elle correspond rarement aux montants annoncés par les banques elles-mêmes. De plus, là où les groupes bancaires communiquent sur des engagements ou des actifs acquis au niveau européen ou mondial, le Panorama d’I4CE ne mesure que des investissements en France.

Besoins d’investissement d’après la SNBC

I4CE identifie les investissements à réaliser dès aujourd’hui dans les secteurs du bâtiment, du transport et de la production d’énergie, d’après la stratégie nationale bas carbone (SNBC). Dans certains secteurs comme l’agriculture, l’industrie ou le nucléaire, l’analyse de la SNBC et de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) n’a pas permis de mettre en évidence de trajectoire d’investissement ni de projection de financement : ils sont donc exclus de la comparaison.

Scénario de financement

I4CE élabore également une projection des financements, où chaque secteur atteint les objectifs d’investissement fixés dans la SNBC en conservant la proportion entre sources et instruments de financement publics et privés observée en 2015-2018. En d’autres termes, cette projection fait abstraction des annonces et engagements sur les financements publics, et n’anticipe aucun changement de prix des équipements, de prix des énergies, des risques ou des niveaux d'effets de levier.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº838