Panorama des principales opérations dans le monde

Créé le

20.12.2017

-

Mis à jour le

22.12.2017

  • Scotiabank a annoncé l’acquisition d’une participation de 68,19 % du capital de la filiale de BBVA au Chili pour un montant d’environ 1,85 milliard d’euros. BBVA Chile est la septième banque du pays avec près de 30 milliards de dollars CA d’actifs. Elle dispose d’un réseau de 127 agences et emploie 4 000 salariés. Cette opération s’inscrit dans la stratégie de Scotiabank visant à intensifier sa présence dans le secteur bancaire chilien et plus généralement sur le continent sud-américain, dans le cadre de l’Alliance du Pacifique qui regroupe les quatre pays suivants : Chili, Colombie, Pérou et Mexique. À l’issue de la transaction, la banque canadienne va doubler sa part de marché pour atteindre 14 % et se hissera par là même au quatrième rang national (voir Encadré 3). Concernant BBVA, cette cession marque sa sortie du marché chilien de la banque de détail où elle était présente depuis 1988, suite au rachat de BHIF par l’ancienne Banco Bilbao Vizcaya (BBV). En revanche, la banque espagnole restera présente sur le secteur du crédit automobile par le biais de sa filiale Forum, l’un des leaders du marché.
  • La banque d’affaires italienne Mediobanca va prendre le contrôle de 69 % du capital du gestionnaire d’actifs suisse RAM Active Investments. Fondé en 2007 et basé à Genève (avec des bureaux au Luxembourg et à Zurich), RAM Active Investments fait partie des meilleurs gérants d’actifs systémiques européens, proposant à une clientèle d’investisseurs professionnels et institutionnels une large gamme de fonds actifs et alternatifs gérés selon une approche fondamentale systémique sur les actions et tactique sur les obligations. Au 31 octobre dernier, ce dernier gérait des actifs pour un montant total de 4,9 milliards de francs suisses au travers de 14 fonds de placement. Cette acquisition s’inscrit dans le cadre du plan stratégique 2016-2019 de la banque italienne visant à développer les activités à faible consommation de capital et génératrices de commissions, comme la banque de détail ou encore la gestion d’actifs. Ainsi, la banque italienne a racheté l’an dernier Banca Esperia, après avoir mis la main en 2015 sur le gestionnaire britannique de crédit Cairn Capital et sur le réseau d’agences de Barclays en Italie. La transaction devrait être finalisée au premier semestre 2018.
  • KBL vient de signer un accord avec le gestionnaire de fortune suisse Lombard Odier pour la reprise de ses activités néerlandaises. Cette transaction vise à renforcer et intensifier sa position dans le top 3 de la banque privée aux Pays-Bas. Le marché hollandais est déjà le plus important de la banque privée luxembourgeoise. Aujourd’hui, la filiale néerlandaise de KBL, InsingerGilissen, emploie 325 collaborateurs et gère un total de 25 milliards d’euros d’actifs. À l’issue de cette acquisition, les 12 salariés de Lombard Odier basés à Amsterdam rejoindront ses équipes, apportant avec eux 1 milliard d’euros d’actifs sous gestion supplémentaire. Pour rappel, InsingerGilissen est née suite à la fusion de Theodoor Gilissen, filiale de KBL, et Insinger de Beaufort, banque privée rachetée par le groupe luxembourgeois en 2016. KBL signe là sa cinquième acquisition en trois ans et sa deuxième aux Pays-Bas en seulement 18 mois. Cela témoigne de la volonté de Precision Capital, son actionnaire qatari, de faire grandir la banque privée luxembourgeoise sur ses principaux marchés clés en Europe (voir Encadré 4).
Achevé de rédiger le 19 décembre 2017

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº815