Square

Panorama des principales opérations dans le monde

Créé le

15.03.2011

-

Mis à jour le

30.03.2011

  • Zurich Financial Services Group (ZFS) va racheter 51% des activités d'assurance de Banco Santander au Brésil, au Mexique, au Chili, en Argentine et en Uruguay [1] . A cet effet, une coentreprise basée à Madrid sera créée dont ZFS assurera la gestion opérationnelle. De plus, l’accord s’accompagne d’un partenariat de distribution d’une durée de 25 ans lui ouvrant l’accès aux 5.626 agences et à plus de 36 millions de clients du n°1 bancaire espagnol dans ces cinq pays. Pour le géant ibérique, l’objectif est de renforcer ses fonds propres à un moment où il doit faire face à la chute du marché immobilier national ainsi qu’à une crise de la dette souveraine espagnole [2] . Quant au groupe zurichois, cette transaction lui permet d’accroître sa présence en Amérique latine. La contribution de cette région du monde à son activité va ainsi doubler à 8%. Leur nouvelle entité commune - baptisée « Zurich Santander Insurance America » - va par ailleurs se hisser au 4ème rang des assureurs latinoaméricains, dont une 3ème position en assurance-vie (encadré 2).
  • National Bank of Greece (NBG) vient de dévoiler un projet de fusion avec sa compatriote Alpha Bank. Avec plus de 200 milliards d’euros d’actifs et environ 1.000 agences, le nouvel ensemble va tout d’abord conforter la place de leader de NBG au niveau domestique mais aussi lui permettre d’atteindre la taille critique dans plusieurs pays d’Europe du Sud-Est [3] . A l’heure où la Grèce traverse une crise d’une ampleur sans précédent, cette transaction vise également à renforcer la solidité financière des deux protagonistes. A l’issue de l’opération, le nouveau groupe disposera d’un ratio Tier 1 de 10,7%, soit le plus élevé des banques grecques, ainsi que d’un ratio de liquidité crédits sur dépôts en nette progression à 109%. Malgré le soutien appuyé du gouvernement à ce rapprochement qualifié « d’amical » par NBG, le conseil d'administration de la troisième banque grecque a aussitôt rejeté l’offre de sa rivale hellénique. Une première tentative de fusion entre ces deux établissements avait déjà échoué en 2001.
  • La banque autrichienne Raiffeisen Zentralbank (RZB) a annoncé le rachat de 70% du capital du polonais Polbank pour 490 millions d'euros. Détenu par la banque grecque EFG Eurobank Ergasias, cet établissement était fragilisé depuis deux ans. Créée en 2006, Polbank est une banque de détail qui compte 344 agences et près de 800.000 clients particuliers. Elle représente un complément idéal pour la filiale locale de l’autrichien qui était plutôt centrée sur les entreprises. Implantée depuis 1991 en Pologne, Raiffeisen Bank Polska se propulse ainsi au sixième rang national avec 12 milliards d’euros d’actifs, 443 succursales et plus d’un million de clients. La nouvelle entité sera par ailleurs le quatrième acteur polonais en matière de prêts (encadré 3). En Europe centrale et de l’Est, RZB est présent dans 17 pays où il dispose d’un réseau de 3.000 agences au service de 15 millions de clients.
  • Société Générale va acquérir les activités de gestion de portefeuille dédiées à la clientèle privée de Baring Asset Management basées au Royaume-Uni et à Guernesey. C’est environ 500 millions de livres sterling d'actifs sous gestion ainsi qu’une petite dizaine de gestionnaires privés expérimentés qui devrait rejoindre prochainement Société Générale Private Banking Hambros (SGPB Hambros). Cette acquisition doit lui permettre de renforcer sa présence outre-Manche ainsi que dans les îles Anglo-normandes, où elle est déjà bien implantée. En effet, SGPB Hambros compte aujourd’hui plus de 500 collaborateurs répartis entre le Royaume-Uni, Guernesey, Jersey et Gibraltar. A la fin 2011, sa filiale britannique gérait 12 milliards d’euros d’encours sur un total de plus de 80 milliards d’euros pour SG Private Banking. Cette opération s'inscrit dans une stratégie plus globale qui vise à se développer sur les marchés clés de la gestion de fortune au niveau mondial.
1 Le montant de la transaction consiste en un paiement initial de 1,67 milliard de dollars assorti de versements complémentaires en fonction des résultats obtenus par le nouvel ensemble. 2 Banco Santander devrait réaliser une plus-value de 1,21 milliard de dollars. 3 Macédoine (n°1) ; Bulgarie (n°2) ; Roumanie (n°3) ; Albanie, Chypre, Serbie (n°4) et Turquie (n°8).

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº735
Notes :
1 Le montant de la transaction consiste en un paiement initial de 1,67 milliard de dollars assorti de versements complémentaires en fonction des résultats obtenus par le nouvel ensemble.
2 Banco Santander devrait réaliser une plus-value de 1,21 milliard de dollars.
3 Macédoine (n°1) ; Bulgarie (n°2) ; Roumanie (n°3) ; Albanie, Chypre, Serbie (n°4) et Turquie (n°8).