Propositions de règlement et de surveillance européenne

NPL : la position de l’ABI

Créé le

25.09.2018

-

Mis à jour le

08.10.2018

L’Association bancaire italienne reconnaît l’utilité de l’intervention du régulateur et du superviseur dans la gestion des NPL, mais déplore une absence de cohérence entre les textes ainsi que l’absence d’étude d’impact des mesures, notamment sur les politiques d’octroi des nouveaux crédits et la capacité des banques à financer l’économie.

 

L’encours élevé de créances douteuses reste encore considéré comme le principal facteur de faiblesse des banques européennes, et des banques italiennes en particulier. Il s’agit en réalité d’un phénomène tendanciellement surestimé qui s’accompagne généralement, comme dans le cas de l’Italie, de profils de risque spécifiques plutôt que systémiques. Désormais, il s’agit d’un problème pratiquement résolu, comme le montrent les ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº824