application

Level playing field

Michel Bilger: « Bâle IV peut être transposé de différentes façons »

Créé le

16.09.2019

Dans son document de mars 2019, le Comité de Bâle étudie l’impact de Bâle III finalisé sur les banques. La différence structurelle entre les marchés (américain d’une part, européen d’autre part) pourrait expliquer les différences en termes d’impact du texte. L’Europe doit veiller au risque de distorsion de concurrence.

Image

Quel sera l’impact de la finalisation de Bâle III (accord du 7 décembre 2017, surnommé « Bâle IV » par l’industrie) sur les banques européennes ?

Les banques européennes vont lourdement pâtir de ce texte, tandis que les banques américaines pourront éviter d’en souffrir. C’est la conclusion que je tire des chiffres qui ont enfin été dévoilés en mars 2019 par le Comité de Bâle [1] et que nous réclamions déjà bien avant l’accord de décembre ...

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº836