Square

Manipulation du LIBOR : les banques françaises épargnées ?

Créé le

08.08.2012

-

Mis à jour le

28.08.2012

Alors que les procès et les enquêtes se multiplient aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, et dernièrement, aux Pays-Bas, les banques françaises sont jusque-là épargnées. Trois d’entre elles sont membres de différents panels du Libor : BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole CIB. Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, l’a affirmé au mois de juillet : «  À ma connaissance, aucun reproche ne leur a été formulé» Le Crédit Agricole a rapidement démenti toute implication suite à un article paru dans la presse britannique. Également citée, la Société Générale a annoncé l’ouverture d’une enquête interne lors de la publication de ses résultats semestriels : « Nous allons voir des centaines de milliers de documents et de conversations téléphoniques pour faire le point », a déclaré Frédéric Oudéa le 1er août. Plus confiant, Jean-Laurent Bonnafé, DG de BNP Paribas, a estimé le lendemain qu'« il n'y a pas besoin de contrôler davantage ce que nous contrôlons tous les jours ». La Commission européenne a annoncé des mesures visant à lutter contre la manipulation des taux.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº751