Intermédiation bancaire

Les fusions-acquisitions ne connaissent pas la crise

Créé le

10.02.2012

-

Mis à jour le

29.02.2012

Les fusions-acquisitions d’entreprises constituent un marché très actif mais souvent sous-estimé, car évalué au travers des league tables qui ne recensent que les opérations les plus importantes. Elles constituent des opportunités d’affaires, tant pour la banque d’investissement que pour la banque commerciale, mais cette activité d’intermédiation fait l’objet d’une vive concurrence.

Image

Les cessions d’entreprises (à titre onéreux[1] ) constituent un sujet économique majeur, tant elles affectent l’ensemble des parties prenantes des entreprises concernées. Elles voient toujours un repreneur acquérir (partiellement ou complètement) une « cible » ou fusionner avec elle. Pour les investisseurs (buy side), elles illustrent un choix stratégique de croissance externe, préféré à la croissance interne (organique) ou conjointe (par alliance). Pour les cédants (sell side), ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº746