Les banques mises en garde par la BCE

Créé le

25.11.2021

« The time for action is now » : nul besoin de traduction pour comprendre la conclusion du post de Franck Elderson. L’heure est venue d’agir. Le plaidoyer de ce membre du directoire de la BCE, et vice-président de son Comité de supervision, vient après une référence au philosophe anglais Francis M. Cornford et à sa doctrine sur la maturité du temps. « À ce jour, la majorité des banques n'ont pas de plans d'actions concrets pour ajuster leur stratégie commerciale » face aux règles climatiques et environnementales, écrit-il. Ajoutant que « seule une poignée envisage activement d’orienter leurs portefeuilles sur une trajectoire compatible avec l’accord de Paris ».

Avant de saluer la proposition de la Commission européenne, faite en juillet dernier, qui vise à contraindre les banques à élaborer et publier leurs plans d’actions. La BCE se donne, elle aussi, la possibilité de passer de la carotte au bâton. Ainsi les stress-tests climatiques, réalisés entre mars et juillet 2022, pourraient-ils donner lieu à des exigences relevées de fonds propres pour les mauvais élèves.

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº862