Dividendes transitant par des OPCVM non résidents

La justification « pro domo » de notre retenue à la source de droit interne

Créé le

05.10.2012

-

Mis à jour le

25.10.2012

La CJUE s’est placée sur le terrain de la liberté de circulation des capitaux pour condamner la discrimination introduite par le prélèvement de notre retenue à la source sur les dividendes transitant par des OPCVM non résidents. Analyse de la portée de cette jurisprudence nouvelle.

Par un arrêt Santander Asset Management SGIIC SA du 10 mai 2012[1] , la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE), vient, s’agissant des dividendes de source française distribués par l’intermédiaire d’OPCVM non résidents, de condamner l’application de notre retenue à la source de droit interne, faisant prévaloir l’atteinte au principe européen de la liberté de circulation des capitaux, née du fait que les OPCVM résidents ne sont pas soumis à une telle retenue à ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº753