Financement des entreprises

L'investissement repart à la hausse dans les PME depuis l'été

Créé le

17.10.2013

-

Mis à jour le

07.11.2013

« Il faut combattre l’idée reçue selon laquelle les PME ne trouvent pas de financement. La situation s’est améliorée depuis fin 2008. Les entreprises qui ont un potentiel et une bonne gouvernance trouvent des financements », a assuré Bernard Cohen-Hadad, président de la Commission financement de la CGPME, lors d’une table ronde sur le financement des PME organisée par l’Association des journalistes PME (Ajpme) fin septembre. Quand elles sont en bonne santé, les PME retrouvent d’ailleurs le chemin de l’investissement. « La demande en crédits d’investissement a été très faible en début d’année, mais elle a redémarré au mois de juillet », a indiqué Michel Roux, directeur du développement de Banques Populaires. Dans ce réseau, les demandes de crédits d’investissement ont cru de +9 % en juillet 2013, puis de +7 % en août. « Il y a toujours une période d’attentisme après des élections. Celle-ci a duré près d’un an, mais aujourd’hui c’est reparti », analyse Michel Roux.

37 % des PME font d’ailleurs état d’un besoin de crédit d’investissement, selon le dernier baromètre KPMG-CGPME paru en octobre (+5 points depuis mars) ; et 90 % des PME voient leurs demandes de crédit d’investissement satisfaites, d’après l’enquête que réalise depuis 1 an la Banque de France auprès des PME et ETI. « Depuis le mois de juillet, l’investissement repart. Nous sommes sortis d’un tunnel, même si cela n’apparaît pas encore dans les chiffres macroéconomiques. Les entrepreneurs en ont marre d’être pessimistes », a confirmé de son côté Nicolas Dufourq, directeur général de Bpifrance, qui a dressé un premier bilan de l’activité de la nouvelle banque publique (ex-Oseo).

Tout n’est pas rose cependant pour les petites entreprises. « Des difficultés persistent au niveau de la trésorerie et du financement du crédit court terme », reconnaît Nicolas Dufourq. Constat également dressé par Bernard Cohen-Hadad (CGPME) : « Il reste un problème de financement pour les entreprises les plus petites et les plus fragiles », assure-t-il, rappelant qu’en moyenne 26 à 30 % des TPE et PME déclarent avoir des difficultés d’accès au crédit depuis 2009. « Des difficultés demeurent sur le BFR, les besoins de trésorerie et les besoins en fonds propres », précise-t-il. Signe de cette fragilité persistante des plus petites entreprises : le nombre de saisines de la médiation du crédit aux entreprises a crû depuis début 2013, et en particulier depuis juin 2013 (cf. Pour en savoir plus).

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº765