Des fusions bancaires en berne en Europe

Créé le

21.03.2013

-

Mis à jour le

26.03.2013

Le millésime 2012 des fusions-acquisitions dans le secteur financier européen n’a rien de comparable avec la période d’avant la crise : selon PriceWaterhouseCoopers, les transactions se sont élevées à 51 milliards d’euros, contre plus de 200 en 2007. Certes, elles n’avaient pas dépassé les 38 milliards en 2011, mais cette progression cache en fait un marché coupé en deux : sans les transactions impliquant les États, la valeur totale des deals aurait baissé de 7 % pour atteindre un point bas sur 10 ans. Les sauvetages de Dexia, Banco de Valencia ou Cyprus Popular Bank [1] ont contribué aux 20 milliards de transactions publiques. La tendance devrait se poursuivre en 2013 avec la nationalisation de SNS Reaal. Mais PwC estime que les transactions privées visant des objectifs de rationalisation devraient repartir. Une optimisation des implantations en Europe de l’Est est ainsi à prévoir.

1 Bankia avait été comptabilisé en 2011.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº759
Notes :
1 Bankia avait été comptabilisé en 2011.