Dans les allées...

Créé le

19.09.2019

Le premier AI for Finance s’est déroulé dans les locaux de l’an­cienne Bourse de Paris, au Palais Brongniart, le 3 septembre dernier. Certaines des per­sonnalités attendues, comme l’ex-ministre Cédric Villani, ont fait faux bond, mais la finance parisienne était bien présente au rendez-vous.

« Nous avons 200 PoC en cours dans l’IA dans l’ensemble du groupe Société Générale (comprenant également Crédit du Nord et Boursorama). Mais nous ne faisons pas “de la tech pour faire de la tech”. Il faut quatre composants pour l’utiliser avec succès : des données propres, un environnement informatique adapté (datalake, API), de l’humain et une gouvernance forte », estime Philippe Aymerich, directeur général de Société Générale.

 

« À l’ACPR, nous avons trois expérimentations sur l’IA et le contrôle en cours cette année », affirme Su Yang, expert FinTech de l’Autorité.

 

Orange Bank a défini trois cas d’usage pour l’intelligence artificielle :

  • le premier, Jingo, est un chatbot utilisé pour faire des actes simples comme une opposition à la carte ou une modification du découvert autorisé. Depuis le lancement, il a traité plus de 2 millions de conversations avec les clients ;
  • le deuxième est le gain opérationnel : Orange développe des algorithmes pour analyser le contenu des mails et être capable de préparer une réponse, voire parfois même d'y répondre directement ;
  • le troisième cas d’usage est la détection des fraudes.

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº836