Banque en ligne

Compte Nickel vise les enfants avant les pros

Créé le

19.10.2015

-

Mis à jour le

16.11.2015

Depuis le 28 septembre dernier, Compte Nickel a décliné son offre de compte-courant associé à une carte bancaire aux enfants de 12 à 18 ans. « Cela répond à une très forte demande des parents. Nous avions même des parents qui ouvraient des comptes Nickel classiques et donnaient la carte à leurs enfants. Mieux vaut le faire directement ! » affirme Hugues Le Bret, président fondateur de Compte Nickel. Cette nouvelle variante représente déjà près de 1 000 comptes ouverts mi-octobre et 5 % des comptes ouverts les jours normaux et 10 % des comptes ouverts les mercredis, samedis et dimanches. La société espère ouvre 100 000 de ces comptes d’ici au 31 décembre 2016. Contrairement à de nombreux comptes « jeunes », il n’y a pas de différence dans les possibilités ouvertes avec un compte 12-18 par rapport à un compte Nickel normal. Simplement, les parents y exercent un contrôle parental plus fort : ce sont eux qui référencent les RIB pour les virements sortants, qui fixent les limites de paiement et de retrait, et qui ont une réplique en temps réel de tout mouvement sur le compte de l’enfant. En contrepartie, à l’ouverture du compte outre la pièce d’identité de l’enfant et celle d’un des deux parents, le livret de famille est exigé pour prouver la filiation et c’est le numéro du parent qui sert à débloquer le compte. Cette déclinaison n’est pas la seule en vue pour Compte Nickel. Début 2016, celui-ci devrait lancer le Compte Nickel Pro à destination des professionnels. Ceux-ci pourront créer un compte en même temps qu’ils créeront leurs entreprises de moins de 2 millions de chiffre d’affaires et de moins de 10 collaborateurs pour y déposer le capital et bénéficier d’un RIB, mais le compte ne sera activé et opérationnel que lorsque la société aura un numéro de SIREN. À l’heure actuelle, tout type de comptes confondus, Compte Nickel revendique 169 000 comptes ouverts auprès de 1 075 buralistes.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº789