Le cloud computing ne convainc toujours pas les banques

Créé le

19.05.2014

-

Mis à jour le

12.06.2014

Le 13 mai dernier, Amazon Web Services (AWS) organisait une journée à Paris pour rencontrer ses clients, partenaires et prospects. L’occasion pour la société de promouvoir le Cloud computing public et hybride, qu’elle commercialise depuis 8 ans. Si celle-ci s’enorgueillit désormais d’avoir 70 % des entreprises du CAC 40 dans sa clientèle, les banques françaises brillaient par leur absence et, officiellement, ne sont pas clientes d’Amazon. Côté finance, Amazon ressort toujours les mêmes exemples : le Nasdaq, qui utilise EC3 pour faire face à des pics de charge, et le Tokyo Stock Exchange, qui utilise Amazon et Oracle pour développer et tester de nouveaux produits avant de les mettre en production (hors du cloud d’Amazon). Pourtant, les nouveautés ne manquent pas : AWS a lancé 56 offres différentes depuis février 2013, et a annoncé 43 baisses de prix depuis son lancement, posant au passage des questions sur la rentabilité de cette branche au sein de la société Amazon.

La dernière nouveauté en date, Workspaces, est un système de poste de travail virtualisé et hébergé sur le Cloud d’Amazon (via VPC [1] si le client veut avoir un espace dédié et privatisé sur les serveurs du fournisseur). Elle se décline entre quatre versions différentes (suivant le nombre de processeurs, d’espace mémoire et de stockage alloué au poste de travail) allant de 37 dollars par mois et par utilisateur pour la version standard à 79 dollars par mois et par utilisateur pour la version performance plus. Ces postes de travail virtuels sont livrés sous Windows avec Acrobat Reader, Flash, Firefox, Internet Explorer 9, 7-Zip et dans certaines versions, avec Microsoft Office professionnel et la suite de sécurité de Trend Micro. Elle est disponible depuis début mai pour les clients européens et hébergée dans les data-centers européens d’Amazon.

1 Virtual Private Cloud.

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº773
Notes :
1 Virtual Private Cloud.