Square

Gestion de portefeuille

La Caisse des dépôts de plus en plus dépendante des actions

Créé le

22.04.2016

-

Mis à jour le

27.04.2016

Comme nombre d’investisseurs, le Groupe Caisse des Dépôts lui aussi est affecté par le contexte de taux bas. Pourtant, son résultat pour 2015 atteint 1,5 Md, en hausse de près de 4 %. Lors de la présentation des résultats, Olivier Mareuse, directeur des finances a expliqué que « le rendement des portefeuilles obligataires, source traditionnelle de revenus, a diminué. À l’inverse, le portefeuille actions donne satisfaction : sur 5 ans, il réalise une performance de + 34 % alors que les marchés ont offert + 25 %. Ainsi, nos résultats reposent davantage sur les actions et le risque de volatilité est plus fort. »

Désormais, les revenus du portefeuille actions sont à peu près équivalents à ceux du portefeuille de taux ; ceux-ci ont représenté, en 2015, 840 millions d’euros contre 790 millions d’euros pour le portefeuille actions. Olivier Mareuse rappelle que la Caisse des dépôts n’investit pas en actions dans une logique spéculative mais bien de long terme, « ce qui est utile à l’économie française puisque l’essentiel de nos positions est français. » Celles-ci représentent les deux tiers de l’ensemble des positions.

Les résultats du Groupe doivent s’entendre sans les fonds d’épargne. Mais leur portefeuille évolue de la même façon.

Pierre-René Lemas, directeur général du Groupe défend cette stratégie : « Notre modèle comporte un investissement important en actions et je l’assume. Il faut se mettre dans l’idée que le contexte de taux bas est durable. Notre rôle contra-cyclique c’est de pousser les feux vers plus d’investissement donc c’est aussi d’accepter de porter des risques. Cette année le résultat est bon mais il pourra être plus volatil à l’avenir. Nous assumons nos investissements. » Enfin, le groupe cherche à réduire l’emprunte carbone de son portefeuille actions.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº796