Verbatim

Big Data : par où commencer ?

Créé le

22.09.2016

-

Mis à jour le

30.09.2016

Quelles formes concrètes peut prendre le Big Data au sein d’une banque traditionnelle ? À l’occasion du workshop « (R)évolution digitale » organisée par Revue Banque les 20 et 21 septembre, deux banquiers ont livré leur témoignage sur des services qu’ils ont mis en place.

« Le Big Data permet de faire en grand et plus rapidement ce que l’on faisait avant. Par exemple, le client pouvait auparavant consulter ses comptes sur une ou deux années. Aujourd’hui, nous avons mis en place un outil lui permettant, sur internet ou en mobilité, d’interroger l’ensemble de ses mouvements sur 14ans. Cela représente 6 milliards d’opérations, soit 4 To de données, structurées ou non. » Frédéric Laurent, DGA en charge de l’innovation et de l’IT, Crédit Mutuel Arkea

« Nous allons lancer le mois prochain un nouveau business model, créé dans un écosystème ouvert avec Carrefour, dans un esprit start-up. Par le traitement des données de consommation, nous allons permettre au particulier, client ou non, de voir tous les avantages du retailer poussés [sur son téléphone]. C’est une promesse de garantir au client 150 à 200euros de gain de pouvoir d’achat par an. Cet outil donne au retailer de l’information très qualifiée sur ses clients, sans avoir à investir dans un logiciel de CRM. » Thierry Laborde, DGA, BNP Paribas

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº800