Assurance emprunteur : les banques s’adaptent

Créé le

14.09.2012

-

Mis à jour le

26.09.2012

Cela fait deux ans que la Loi Lagarde a libéralisé le choix de l’assurance emprunteur dans le cadre d’un prêt immobilier. Pourtant, pas de raz de marée vers les assureurs autres que les établissements prêteurs : ces derniers continuent de capter 89 % du marché, contre 11 % pour les assurances individuelles [1] . Le bilan de la réforme est pourtant positif pour le courtier en ligne meilleurtaux.com : « Les banques ont amélioré leur offre d’assurance de groupe, en la segmentant davantage et en réduisant les tarifs pour les jeunes emprunteurs, note son responsable des assurances, Christophe Boiché. Dans une stratégie défensive, certaines ont aussi développé des offres individuelles (hors assurance groupe) en interne et quelques-unes jouent même le rôle de courtier. » Une concurrence qui a poussé les tarifs à la baisse. Parallèlement, les offres alternatives aux banques ont renforcé leurs garanties pour augmenter leurs chances d’être acceptées par les établissements prêteurs. En effet, ces derniers conservent le droit de refuser un crédit si l’assurance ne leur semble pas suffisante. Ils restent également libres d’accorder un geste commercial à un client qui choisit de souscrire l’assurance emprunteur chez eux. « Mais il ne s’agit plus comme avant de vente liée », assure le courtier qui ne pense pas qu’une nouvelle réforme soit nécessaire. « Il faut davantage faire prendre conscience au consommateur de ses droits. »

1 Source : Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA).

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº752
Notes :
1 Source : Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA).