Cryptomonnaies

Analyse de la volatilité

Créé le

13.03.2019

-

Mis à jour le

29.03.2019

La définition fonctionnelle d’une monnaie suggère que celle-ci doit permettre de porter la richesse d’une période à l’autre sans grande perte de valeur. Ainsi, une caractéristique attendue d’une monnaie est la relative stabilité de sa valeur au cours du temps. Dans cet encadré, nous examinons la capacité d’un ensemble de monnaies à garantir cette conservation de valeur. Plus spécifiquement, nous nous intéressons à la dispersion de la valeur de ces monnaies autour de leur valeur moyenne au cours d’une période historique que nous fixons à 2 années, de décembre 2016 à novembre 2018. Cette volatilité historique, représentée par l’écart-type des rentabilités quotidiennes de ces monnaies, nous fournit un indicateur de la variabilité moyenne de la valeur de chaque monnaie.

Nous nous intéressons d’abord ici aux principales monnaies traditionnelles, à savoir la valeur de conversion en dollar américain de l’euro, de la livre Sterling, du yen, du dollar canadien, du franc suisse et des dollars australiens et néo-zélandais. Concernant les cryptomonnaies, le site Internet Coin Market Cap en dénombre, en décembre 2018, plus de 2 000 [1] . Bien que chacune ait des caractéristiques qui lui sont propres, celles-ci sont majoritairement basées sur des systèmes décentralisés utilisant la blockchain. Le graphique reprend les dix principales cryptomonnaies sur base de leur capitalisation. Bien qu’ayant perdu une valeur significative au cours des derniers mois, la domination du bitcoin reste largement affirmée, avec une capitalisation dépassant les 65 milliards de dollars (au 31 décembre 2018). Suivent ensuite à une distance assez nette le Ripple (14,4 milliards de dollars) et l’Ethereum (13,9 milliards de dollars). Les autres cryptomonnaies ont alors toutes une capitalisation inférieure à 3 milliards de dollars. Nous examinons donc ensuite ces dix plus grandes cryptomonnaies en termes de capitalisation. Enfin, à titre de comparaison, nous rapportons également l’évolution du marché action (représenté par l’indice S&P 500), de l’or et du pétrole sur cette même période.

Ce tableau rapporte les rentabilités quotidiennes moyennes ainsi que leurs dispersions historiques au cours de la période du 1er décembre 2016 au 30 novembre 2018. Pour les cryptomonnaies créées après décembre 2016, nous utilisons le premier jour où une valeur est publiée comme début de période historique. Les données proviennent du site Internet de Coin Market Cap (cryptomonnaies) et de Refinitiv (monnaies traditionnelles et autres actifs). Le taux de référence à maturité 3 mois d’obligations émises par le Trésor américain est utilisé comme taux sans risque dans le calcul du ratio de Sharpe.

Ces résultats suggèrent que les cryptomonnaies se sont historiquement comportées de manière assez singulière par rapport aux monnaies traditionnelles. Avec un gain moyen de 1,763 %, leur rentabilité quotidienne se démarque d’abord assez nettement des autres monnaies et des autres classes d’actifs, dont l’évolution moyenne reste beaucoup plus modérée. Ensuite, les cryptomonnaies démontrent une volatilité historique très élevée de 218,215 % sur base annualisée contre seulement 7,796 % pour les monnaies traditionnelles, 9,989 % pour l’or, 11,779 % pour le marché action et 25,265 % pour le pétrole. Dans ce contexte, un investissement en cryptomonnaies aura vu sa valeur fluctuer de manière très importante au cours de cette période, celles-ci étant historiquement dans l’incapacité de préserver la valeur des investissements au fil du temps. Du point de vue de leur volatilité, les cryptomonnaies ont donc encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir remplir pleinement la fonction de monnaie. Le ratio de Sharpe fournit cependant un complément d’information intéressant. Celui-ci, en reliant la rentabilité d’un investissement (au-delà de celle générée par un placement non risqué) à son risque (sa volatilité), nous permet de constater que les cryptomonnaies offrent néanmoins la compensation la plus élevée pour le risque encouru par l’investisseur parmi toutes les alternatives considérées dans notre analyse.

Ces éléments d’analyse nous laissent donc à penser que les cryptomonnaies partagent actuellement davantage les caractéristiques des actifs risqués que celles des monnaies traditionnelles. Toutefois, contrairement à n’importe quel actif risqué (actions, obligations…), le détenteur de cryptomonnaie ne peut espérer qu’un rendement en capital, c’est-à-dire l’appréciation du taux de change par rapport à une monnaie officielle telle que l’euro.

 

1 https://coinmarketcap.com/all/views/all/.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº831
Notes :
1 https://coinmarketcap.com/all/views/all/.