Fintech

Avec Stancer, Xavier Niel veut révolutionner le paiement

Créé le

25.10.2022

Après avoir cassé les prix de l’accès à Internet et de la téléphonie avec Free, la holding de Xavier Niel Iliad s’attaque aux solutions de paiements pour petits commerçants avec Stancer. Cette fintech, dirigée par George Owen, a un but simple : « Simplifier la vie des entreprises en leur proposant un service robuste, efficace et accessible. Grâce à StancerPay, les marchands vont avoir un point d’entrée simple et unique pour traiter l’ensemble de leurs flux de paiement. Stancer se veut être un partenaire pour accompagner les marchands dans leur croissance tout en limitant leurs risques. » La société existe déjà depuis 2018 et servait jusqu’alors à gérer les paiements du groupe. Avec son offre StancerPay, Stancer s’ouvre à la clientèle extérieure et vise plus particulièrement les petits commerçants, les artisans, les professions libérales et autres autoentrepreneurs qui veulent une solution simple et surtout économique. Ainsi, selon le communiqué de lancement, Stance estime que sur un encaissement à 30 €, le commerçant fait une économie d’environ 50 % avec sa solution, et que sur un encaissement physique à 2 €, l’économie peut aller jusqu’à 80 %. La société veut donc proposer une solution deux à trois fois moins chère que ses concurrents, qu’il s’agisse des offres monétiques proposées par les banques aux professionnels ou d’autres solutions, comme PayPal ou Revolut Pay.

Trois solutions de paiement pour débuter

Concrètement, l’offre se compose pour l’instant de trois produits distincts : le paiement en ligne en proposant aux clients de payer par virement SEPA (0,10 € de frais par virement reçu), par prélèvement SEPA (0,10 € de frais par prélèvement et une commission de 0,4 %) ou par carte bancaire (avec des frais et des commissions variant en fonction de l’appartenance ou non du client à l’espace économique européen) ; le paiement physique avec la mise à disposition d’un terminal de paiement (loué 15 € par mois et gratuit à partir de 150 transactions par mois) et pour particularité de ne pas prélever de frais fixes pour les transactions inférieures à 7 € ; et l’émission d’un lien de paiement pour permettre à ses clients de payer en ligne même sans avoir de site (envoyables par SMS, QRCode, mail ou affichable sur les réseaux sociaux). Plus tard s’ajouteront le paiement fractionné et le scoring, tous deux déjà utilisés en interne chez Iliad. Et pourquoi pas revenir aux fondamentaux de Free en proposant de l’hébergement de site de commerce ?

Pour réussir, la société met en avant son expérience au sein du groupe où elle gère plus de 6 millions de paiements par abonnement par mois, 200 000 transactions par jour et plus d’un milliard d’euros de transaction en valeur par an. Elle mise également sur la simplicité de souscription à laquelle les clients de Free sont habitués. Il suffit en effet d’aller sur le site et de s’inscrire en quelques minutes pour avoir accès aux moyens de paiement en ligne (API pour les sites Internet et liens de paiement) et recevoir un terminal de paiement Verifone en moins de 48 heures si le client a demandé un paiement physique. Un tableau de bord permet de suivre ses paiements et l’offre est résiliable à tout moment.

Et George Owen ne le cache pas, il voit grand pour Stancer. Interrogé par Forbes France, le P-DG affirme : « Notre ambition est de croître sur le marché français et de devenir le leader du paiement européen. Notre agrément auprès de l’ACPR va par ailleurs nous permettre cette expansion. En parallèle, nous allons aussi continuer d’étoffer nos équipes avec un recrutement d’une douzaine de profils notamment techniques et commerciaux. Nous allons également renforcer notre équipe dédiée à la veille des nouvelles innovations technologiques du secteur. » Sans pour autant donner de chiffres clairs sur le nombre de commerçants qu’il veut séduire ou sur le calendrier de déploiement de ses services hors de France.

Comme pour son offre dans le monde de la téléphonie et la prestation de service Internet, Iliad avance une solution de paiement claire et aux tarifs agressifs

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº873
Club Banque