Square
 

Monnaie digitale, l’exploration continue

Créé le

22.05.2023

-

Mis à jour le

25.05.2023

« Euro digital : dans le doute s’abstenir (mais se tenir prêts) ». Le titre de ce rapport préparé à la demande du Comité économique (Econ Committee) du Parlement européen en dit long sur les difficultés qui entourent le projet de lancement de l’euro numérique (ou « digital »). Alors que la Banque Centrale Européenne (BCE) a publié fin avril un nouveau rapport d’étape sur ses investigations dans la monnaie numérique, les conclusions de cette étude invitent à la prudence : « La BCE devrait continuer ses explorations, y compris en lançant une phase de test mais au final, elle ne devrait pas lancer l’euro numérique tant que des éléments solides n’émergent pas pour soutenir cette décision. À l’heure actuelle, les risques et les impondérables de cette entreprise sont plus importants que les arguments en sa faveur. » Plusieurs limites sont avancées par Ignacio Angeloni de l’European University Institute et auteur du rapport : la rémunération d’un euro digital pourrait ainsi interférer avec la politique de taux d’intérêt de la BCE. Une telle monnaie serait aussi susceptible d’accélérer un bank run « parce qu’elle offrirait un accès facile à une alternative sans risque aux dépôts bancaires ». L’auteur doute aussi de la possibilité que l’euro digital améliore l’inclusion financière, même s’il reconnaît que la devise « pourrait résoudre le problème de longue date des coûts élevés et des retards dans les envois de fonds des travailleurs transfrontaliers ».

Plus généralement, Ignacio Angeloni questionne la place que l’euro numérique occupera à l’avenir et s’interroge sur l’existence d’un marché de niche pour cette devise. Un équilibre reste à trouver : « Le projet d’euro numérique doit être suffisamment attractif pour ne pas être un échec commercial, mais pas trop pour ne pas soustraire une grande partie de l’intermédiation au secteur bancaire », souligne son rapport.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº881
RB
RB