Square
 

Le bitcoin ne parvient pas à s’imposer en tant que monnaie

Créé le

07.12.2023

-

Mis à jour le

21.12.2023

Adopté comme monnaie légale au Salvador en septembre 2021, l’usage du bitcoin s’avère très limité, les Salvadoriens lui préférant et de loin le dollar. Les spécialistes s’interrogent sur le bien-fondé d’une telle mesure, le bitcoin se révélant davantage un actif financier qu’une monnaie.

Au mois de juillet 2021, Nayib Bukele, alors président du Salvador depuis 2019, surprenait la communauté financière internationale en indiquant sa volonté d’établir le bitcoin comme une monnaie à cours légal au côté du dollar américain. Dès le 7 septembre, l’expérience fût lancée. Elle s’est accompagnée d’autres annonces spectaculaires comme la volonté de créer « Bitcoin City », une nouvelle ville alimentée par l’énergie d’un volcan et financée par de la dette en bitcoin. Il était aussi question d’attirer plus massivement des touristes issus de la cryptosphère sur les plages du Pacifique... ...

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº887-888
Le Salvador, un pays en croissance et avec peu de déséquilibres macroéconomiques
Malgré une pauvreté endémique, les indicateurs macroéconomiques du Salvador sont plutôt positifs. Le rebond post-Covid a été relativement rapide. L’économie salvadorienne a enregistré une croissance du PIB de +2,8 % en 2022, portée par la consommation, le tourisme et le transfert de fonds des migrants (selon les données de la Banque Centrale). Si l’inflation a été en hausse après la crise sanitaire, de 3,47 % en 2021 et de 7,2 % en 2022, elle a rapidement donné des signes de ralentissement. Fin septembre 2023, elle était retombée à 4,42 % en données annuelles, sans pour autant affecter la croissance. Au deuxième trimestre 2023, la progression du PIB est encore en hausse à 3 %.
Contrairement aux craintes des investisseurs et des bailleurs internationaux, le pays honore ses dettes. En janvier 2023, une échéance majeure a ainsi été remboursée. « Les investisseurs craignaient un défaut de remboursement de dette publique début 2023, du fait de l’adoption du bitcoin, qui n’a pas eu lieu, les prochaines grandes échéances de remboursement interviendront en 2025, 2026 et 2027 », précise Michaël Goujon, chercheur au Cerdi, CNRS, IRD, Université Clermont Auvergne. Des échéances qui seront scrutées par les marchés financiers.