Square
 

Notation Souveraine

La France gagne du temps

Créé le

20.06.2023

-

Mis à jour le

21.06.2023

Plus ambitieux en matière de trajectoire de finances publiques que celui de 2022, le programme de stabilité 2023-2027 de la France a pesé dans la décision du 2 juin de Standard & Poor’s. S&P maintient sa note souveraine à AA et sa perspective négative. L’agence considère la stratégie d’assainissement budgétaire révisée du gouvernement, le retrait progressif des mesures d’énergie et l’impact des réformes des retraites et du marché du travail comme des éléments positifs. Elle prévoit un déficit budgétaire sur 2023-2025 à 4,6 % du produit intérieur brut (PIB, contre 4,9 % auparavant) et un ratio dette publique sur PIB de plus de 110 %. Ce dernier est attendu par Bercy à 109,2 % en 2026. Une rétrogradation de AA à AA- par S&P aurait mis la pression sur la France après la dégradation de sa note AA à AA- avec perspective stable par Fitch le 28 avril et la mise sous perspective négative de son AA le 26 mai chez Scope Ratings. Prévoyant une croissance de 1,2 % sur 2023-2026, S&P pourrait dégrader la note dans les dix-huit mois à venir en cas d’absence de réduction régulière du ratio de dette publique sur PIB sur 2023-2025 et de dépassement des dépenses d’intérêts de 5 % des revenus. L’État est prévenu et devra tenir ses promesses de limitation de la hausse des dépenses publiques en volume à +0,6 % en moyenne annuelle de 2023 à 2027. La relative stabilité des spreads et des CDS français indique que la crédibilité budgétaire n’est pas encore en jeu et la signature française demeure de qualité. Attirant les investisseurs étrangers avec sa dette considérée comme une valeur refuge, l’Hexagone est resté en 2022, selon le Baromètre EY de l’attractivité de la France 2023, le pays le plus attractif d’Europe en nombre de projets d’investissement étranger (IDE) avec 1 259 implantations.

À retrouver dans la revue
Revue Banque Nº882