Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

Dossier réalisé par Séverine Leboucher

Introduction

Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

Qu’est devenue la promesse d’une nouvelle relation de confiance, sans intermédiaire et donc plus démocratique, portée par les promoteurs de la première heure de la blockchain ? Alors que les expérimentations se multiplient au sein des institutions financières pour tirer parti de ces registres distribués, les adaptations se révèlent indispensables.

Blockchain et ses expérimentations

Réinventer la relation de confiance – désormais incarnée dans des lignes de code informatique –, court-circuiter les intermédiaires – qu’ils soient notaires, plates-formes collaboratives ou banquiers –, voire contourner les autorités, y compris les banques centrales et leur planche à billets… autant d’espoirs aux accents libertaires qui ont enflammé la communauté Internet et au-delà lorsque Bitcoin est apparu, début 2009. Près de neuf ans plus tard, l’utopie originelle des concepteurs de cette nouvelle technologie semble se fondre dans la réalité des développements entrepris par des organisations très autorisées, dans le secteur financier en particulier.

Is the code really law ?

Banques centrales, Bourses, infrastructures de post-marché, assureurs… : la plupart des grands noms de la finance internationale se sont emparés de la technologie sous-jacente à Bitcoin : la blockchain. Souvent désignée par le terme de « registre distribué » en français (et sous l’acronyme anglais DLT), la blockchain se caractérise par un réseau pair-à-pair, c’est-à-dire sans serveur central, sur lequel est conservé un registre de l’historique des transactions réalisées depuis la création de la chaîne. La confiance entre les différents « nœuds » (ordinateurs qui composent le réseau pair-à-pair) et donc l’immuabilité des informations consignées sont permises par des techniques cryptographiques plus ou moins lourdes. Si les promoteurs de la première heure ont prédit la disparation à terme des institutions financières, ces dernières préfèrent voir dans la technologie blockchain une opportunité de repenser en profondeur les soubassements de leurs systèmes informatiques. Et par la même occasion, les processus métiers qui les utilisent. Ainsi, pour BNP Paribas et Natixis, qui ont mené des expérimentations, les questions technologiques ne représentent qu’une part minoritaire d’un projet blockchain. Et la Banque de France, embarquée dans un des tests les plus aboutis de la Place française, de rappeler que son rôle de tiers de confiance n’est en aucun cas remis en cause. Loin du concept « the code is law » des origines…

Une « confiance digitale » relative

Autre spécificité des projets menés, les réseaux pair-à-pair bâtis ne sont pas libres d’accès comme le sont ceux de Bitcoin ou de son grand concurrent Ethereum. La solution des blockchains dites « privées » ou « de consortium » s’est imposée. Les CDO [1] interrogés dans ce dossier invoquent les spécificités d’un secteur trop réglementé pour fonctionner en autonomie, les problèmes de gouvernance des blockchains publiques qui freinent les projets [2], le faible intérêt pour des infrastructures ne faisant intervenir qu’une poignée d’acteurs… La question de la confidentialité est également centrale : la transparence parfaite, louée par les défenseurs de Bitcoin, ne fait pas toujours bon ménage avec la protection des données, le droit à l’oubli et, bien sûr, le secret des affaires.

La « confiance digitale » incarnée par la blockchain peut-elle s’accorder avec la volonté de conserver une gouvernance traditionnelle, plus ou moins pyramidale, et celle de préserver une opacité sélective ? C’est ce que cherchent à prouver les institutions financières à travers leurs prototypes et autres PoC [3]. Pendant ce temps, la communauté blockchain des origines poursuit sa quête d’un nouvel ordre économique, avec la multiplication des projets reposant sur des modèles décentralisés. Des levées de fonds d’un genre nouveau, les ICO [4], viennent soutenir cet engouement, au nez des fonds de capital-risque. Quitte à créer une bulle spéculative… digne des marchés financiers traditionnels.

Dossier réalisé par Séverine Leboucher

[1] Chief Digital Officer.

[2] La scission de la blockchain Bitcoin durant l'été 207, suite à un désaccord entre utilisateurs, en est un nouvel exemple.

[3] Proof-of-Concept.

[4] Initial Coin Offering.

Sommaire

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité
Tarif : 15.00 euros TTC
Revue Banque