Cet article appartient au dossier : Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests.

Registre décentralisé

Blockchain : la Banque de France entre en production

En 2016, la Banque de France a décidé de plonger dans le sujet de la blockchain en testant l’idée d’un registre des identifiants créanciers SEPA décentralisé. Thierry Bedouin, son « CDO » – une fonction encore rarissime dans le monde des banques centrales – revient sur les premiers enseignements du projet Madre.

blockchain

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°811

Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

Quelles étaient les motivations de la Banque de France en lançant une expérimentation sur la blockchain pour gérer les identifiants créanciers SEPA ?Ce projet s’inscrit dans le cadre du plan stratégique Ambitions 2020 de la Banque de France, dont un volet important concerne la digitalisation de nos processus et activités. L’une des réalisations de ce plan est la création du LAB, lieu d’innovation à travers lequel la Banque de France s’ouvre aux acteurs extérieurs et explore les évolutions à venir de ses métiers [1]. Le premier sujet traité a été celui de la blockchain : dès 2016, notre ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

Sur le même sujet