Finances publiques

La dette hexagonale se rapproche
des 3 000 milliards d’euros

Créé le

16.01.2023

-

Mis à jour le

20.01.2023

L’accroissement de l’endettement public à des sommets se poursuit. La dette publique au sens de Maastricht a bondi de 40 milliards d’euros au troisième trimestre 2022 à 2 956,8 milliards, après avoir déjà crû de 6,2 milliards au deuxième trimestre. L’État voit sa dette augmenter de 36,4 milliards d’euros, portée par la hausse de 38,8 milliards des stocks de titres négociables de long terme. La contribution de la dette des administrations de Sécurité Sociale s’élève à 8,8 milliards. Après avoir reflué de 114,7 % à 113,3 % entre le premier et le deuxième trimestre 2022, le ratio dette sur PIB progresse de nouveau, pour s’établir à 113,7 % à fin septembre. Dans sa dernière évaluation des risques du système financier français, la Banque de France estime que des chocs externes poussant l’inflation à la hausse, des perspectives macroéconomiques dégradées et une augmentation durable des taux d’intérêt risquent de placer la dette publique sur une trajectoire plus élevée à moyen terme. L’institution souligne que le coût brut du « bouclier tarifaire », estimé à 1,3 point de PIB en 2022 et 1,5 point de PIB en 2023, a pesé sur la dette publique. Quant à l’inflation, elle a un impact immédiat sur les charges d’intérêts via la dette souveraine indexés sur l’inflation, dont la part avoisine les 11 % en 2021.

À retrouver dans la revue
Image
Revue Banque Nº877
FDA 2023