OPCVM islamique, un mode de financement innovant pour les infrastructures ?

La finance islamique peut-elle devenir une source de fonds alternative au secteur bancaire traditionnel pour les financements de projets ? Pour y parvenir, il faut analyser comment les prérogatives de l’ordre moral islamique et la réglementation financière conventionnelle peuvent coexister harmonieusement dans une structuration juridique de type OPCVM islamique.

L'auteur

  • Martin-Sisteron
    • Docteur en droit privé
      Cabinet White & Case LLP, Département « Energie, Infrastructure et Financement de Projets »

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°758

ISR : va-t-il devenir la norme ?

En financement de projets, la contraction du crédit conduit aujourd’hui à s’interroger sur un élargissement des catégories de financeurs (investisseurs institutionnels nationaux et internationaux, sociétés, etc.) capables de prendre le relais, en tout ou partie, du secteur bancaire traditionnel. Dans un contexte de mondialisation croissante et de concurrence accrue entre les diverses places financières, il est intéressant d’analyser comment la finance islamique pourrait, à l’instar d’autres solutions innovantes (project bonds, par exemple), offrir une telle alternative. La récente ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

La réception de la finance islamique en France : face à la crise, une réponse éthique

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet