Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Blanchiment : la CNIL se prononce sur les traitements à mettre en œuvre

Tenant compte des nouvelles règles sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, la CNIL a mis à jour son dispositif d’autorisation unique (AU). Il intègre l’approche par les risques et concerne un périmètre élargi de professions ainsi que de finalités de traitements. En outre, elle prévoit les cas d’échanges de données. Les responsables de traitement disposent d’un an pour se conformer à ces règles.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°739

Infrastructures de marchés : halte au dopage technologique !

La transposition en droit français de la 3e Directive relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LCB/FT) a été réalisée par l’adoption d’une ordonnance et de plusieurs textes réglementaires soumis à l’avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Les nouvelles dispositions résultant de l’adoption de ces différents textes imposaient de mettre à jour l’AU 003 de la Commission relative aux traitements automatisés de données à caractère personnel (voir Encadré 1), ayant pour finalité la LCB/FT.C’est chose faite, depuis le ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet