Paiements : le grand chambardement

Introduction

Révolutions technologique, des usages, des acteurs… Le secteur des paiements est en train de vivre une grande transformation. C’est un véritable défi auquel font face le secteur bancaire comme les autorités publiques. Rentabilité, souveraineté, sécurité… Les enjeux sont nombreux. Qui va tirer parti de la situation ?

Paiements : le grand chambardement

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°865

Paiements : Le grand chambardement

Payer est un acte anodin, tellement ancré dans les pratiques quotidiennes des consommateurs qu'ils ne lui accordent aucune importance, leur esprit étant bien plus accaparé par l’objet de leur achat et son prix que par la tuyauterie permettant, en quelques microsecondes, de régler leur dû. Pourtant, les pratiques ont beaucoup évolué, et vite. En vingt ans, le nombre de paiements par carte bancaire a été multiplié par six au sein de la zone euro, avec une franche accélération ces dernières années, poussée par l’essor du paiement sans contact. Là encore l’usage s’est installé : oubliées les craintes de fraude qui prévalaient à ses débuts, le paiement sans contact est désormais la norme pour tous les règlements inférieurs à 50 euros. La crise sanitaire a bien sûr, ici comme dans d’autres domaines, joué un rôle d’accélérateur. Autre évolution, encore plus récente : le recours à des porte-monnaie digitaux, comme Apple Pay ou Google Pay par exemple.

Si le consommateur accepte avec entrain ces évolutions, il ne réalise pas le grand chambardement en cours derrière ces nouveautés technologiques et servicielles. Car le monde des paiements fait sa révolution. Ce marché juteux et en forte croissance attire de nouveaux acteurs, FinTechs et big techs, mettant à profit leur savoir-faire technologique pour proposer des usages toujours plus simples. Ce qui n’est pas sans poser des questions, notamment sur la question de l’usage des données issues des paiements. Les réponses à ces questions seront tout à la fois technologiques, réglementaires et politiques.

Nous avons voulu en saisir les différentes facettes. Avec, pour commencer, un regard sur le passé pour mieux se projeter dans l’avenir : Hervé Sitruk, président du France Payments Forum, revient sur la création de l’euro, il y a vingt ans, et analyse les enjeux actuels dans l’univers des paiements à cette aune. Il appelle à tirer profit des enseignements de ce succès qu’a été le passage à l'euro pour penser l’Europe des paiements de demain.

De son côté, Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France, souligne le caractère stratégique de ce secteur. Et alerte sur les enjeux en matière de souveraineté pour l’Europe, notamment face à des mastodontes issus du monde du numérique. « Dans ce contexte, les autorités publiques redoublent de vigilance et se mobilisent pour ne pas perdre le contrôle du marché européen des paiements », écrit-elle. Parmi les pistes envisagées, la création d’une monnaie numérique de banque centrale (MNBC). Une réflexion est en cours…

À la Fédération bancaire française, actionnaire de Revue Banque, Jérôme Raguénès s'attelle au bilan de DSP2 (directive sur les services de paiement), directive européenne ayant stimulé l’open banking. En pratique, elle a été mise en place pour encadrer la connexion de services tiers aux comptes bancaires des clients en Europe. Le cœur du sujet : l’accès et l’utilisation de la donnée. Quels ont été les apports de la DSP2 ? Quels sont les nouveaux acteurs ? Quels nouveaux risques ont émergé ?

 

Sommaire