Chronique Comptes, crédits et moyens de paiement

Crédit immobilier : sanction du non-respect du délai de réflexion

L’inobservation du délai de réflexion de 10 joursest sanctionnée par la nullité du contrat.

Cass. 1re civ. 6 janvier 2021, n° 19-11694, arrêt n° 11, F-D, Epoux Genet c/ société caisse régionale normande de financement, société CGPA et CAFPI.

L'auteur

Revue de l'article

Afin de protéger l’emprunteur immobilier (comme la caution personne physique) contre le risque d’un engagement irréfléchi, l’art. L. 313-34, al. 2 (ancien art. L. 312-10), du Code de la consommation l’empêche d’accepter l’offre qui lui a été adressée avant l’expiration d’un délai de 10 jours suivant sa réception. « Impératif dans son existence et sa durée »[1], le délai de réflexion constitue un élément majeur du dispositif de protection de l’emprunteur lors de la formation du contrat de crédit immobilier. À ce titre, l’emprunteur ne peut y renoncer[2]. Pour assurer l’effectivité de ces ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)