Chronique : Bancassurance

Abus de faiblesse et assurance vie

La modification de la clause bénéficiaire constitue un actegravement préjudiciable au sens de l’article 225-15-2 du Code pénal.

Cass. crim. 18 sept. 2019 n° 18-85.038, à paraître au Bulletin.

 

L'auteur

  • Michel Leroy
    • Maître de conférences, Responsable du Master II Ingénierie du patrimoine
      Toulouse I - Capitole

Revue de l'article

Une personne âgée, aux capacités affaiblies, est convaincue par son curateur, notaire de sa profession, de souscrire un contrat d’assurance vie. Pour la curatélaire présentait, selon les termes de l’arrêt, « un syndrome de glissement, emportant une perte du goût de vivre, [et] souffrait aussi d’une insuffisance rénale aiguë nécessitant de fréquentes dialyses, et [était] également atteinte de problèmes de vue et de difficultés des membres inférieurs, l’empêchant de marcher ».Sa signature a été obtenue dans la clinique où elle se trouvait, malgré l’intervention du médecin gériatre de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)