Maghreb

Le développement des banques participatives au Maroc : enjeux et principales avancées

La loi de janvier 2015 permet enfin au Maroc de se doter du cadre légal nécessaire à la mise en place de banques islamiques. Le texte prévoit un modèle de Commission charia centralisé et une gamme de six types de produits, pour couvrir le modèle économique diversifié du Maroc. Le royaume ambitionne de devenir une des principales places financières islamiques sur le continent africain.

1. Finance islamique en Afrique du Nord

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°338

Gestion des ressources humaines : les ruptures annoncées

Après les réformes de 1995 et 2006, la loi sur les établissements de crédit et organismes assimilés a été une nouvelle fois réformée et officiellement promulguée en janvier 2015 [1] après près d’un an d’examen et de discussions au sein des deux chambres du parlement marocain [2]. Entre autres évolutions destinées à moderniser le système financier marocain et garantir sa stabilité, la principale nouveauté apportée par cette nouvelle loi consiste en un chapitre entier (17 articles sur un total de 196) dédié aux banques islamiques, dites participatives [3]. Si d’aucuns considèrent cette ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet